punkicide

02 août 2005

L’anarchie : un simple mot qui terrorise, tout le monde croit savoir ce que cela signifie, mais malheureusement beaucoup se trompent.
L’anarchie, c’est le refus d’un gouvernement, c’est un rêve réaliste fait par beaucoup de personnes enchaînés dans les différents gouvernements existants. C’est le désir d’une liberté totale, sans lois, sans interdits, sans obligations, mais cela ne vas pas dans le but de tout détruire, la liberté absolue se veut aussi respectueuse envers les hommes. C’est difficile d’expliquer vraiment l’anarchie, ce n’est pas un fait, c’est quelque chose que l’on ressent, que l’on vit. Même si beaucoup salissent l’image de l’anarchie, c’est une sorte de rêve, d’aboutissement, vivre libre, sans obligations, juste en étant libre, non gouvernés, avec comme formule : « Ni dieux, ni maîtres. »
.

Voilà ce que j’ai pu trouver et qui résume assez bien l’anarchie. Personnellement encourager ce mouvement, je le ferait volontiers, mais les hommes veulent avoir le pouvoir, et je pense que même si un jour l’anarchie existait, on se ferait avoir, pour l’instant les hommes n’arrivent pas à s’entendre avec des lois, sans lois, tous serait autorisé, il y aurait très certainement beaucoup d’abus, la société ne peut fonctionner sans règles, du moins aujourd’hui. Mais tout de même, je suis d’accord : il faut changer des choses, la société est en train de nous grignoter nos libertés, et en aucun cas il ne faut se laisser faire. Mais l’anarchie n’est pas forcément une solution, pour l’instant, ce n’est qu’utopie. Les vrais anarchistes sont trop peu par rapport aux gens, et pas beaucoup de personnes savent vraiment ce que c’est, vu que le mouvement est sali par les « faux » anarchistes, pour beaucoup, c’est un mouvement non organisé, dans le seul but de casser, de pouvoir fa

ire librement tous les interdits. ex

Posté par punkicide à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


punkicide les début du punk

anarchieexploitedanarchie_faustPUNKICIDE!!!!

Les Punks font leur apparition en 1977, en Grande-Bretagne. C’est avant tout un mouvement musical.

Au départ, il s’agit de gamins de 16 ans qui esayent de faire un maximum de bruit avec les premières guitares électriques dans le garage de leurs parents. L’Angleterre des années 70 est fortement marquée par le chômage : à 16 ans, l’école est finie et aucun travail en vue. "No future for us" chantent alors les Sex Pistols dans leur célèbre God save the Queen.
Ce qui frappe, c’est la violence de la société anglaise de cette époque, à tous les niveaux, aussi bien institutionnel que social. Violence générale à laquelle le mouvement punk ne fait que répondre, sur le mode de la provocation. Certains diront que les punks ne faisaient que tenter de se défendre et rester debout. A l’opposé sont les hippies, chevelus, se laissant aller sur des musiques planantes en fumant de l’herbe. Avoir les cheveux longs est une hérésie pour les punks, et leur principe est le "Do it yourself" 1.
Iggy Pop, The Clash, Sex Pistols... Les groupes sont donc formés de dilettantes, d’autodidactes ; personne n’est musicien : c’est l’énergie qui compte. Le punk rock est un rock sauvage. Les chansons sont courtes et rapides et abordent pour la première fois les thèmes de la maladie, du social, du sexe, du chômage (avant 1973 ces thèmes étaient inexistants : on était encore dans le doux rêve et l’utopie). C’est aussi l’un des premiers mouvements à faire une place aux femmes, qui pour la première fois peuvent monter sur scène et se faire entendre. Une brèche est ouverte.
Les looks sont également home made. Sur les premières vogues punk, il n’y a pas de faux-culs : se raser les cheveux, déchirer ses vêtements, se percer d’épingles de nourrice et sortir ainsi dans la rue n’était pas chose facile... il fallait rééllement avoir la rage au ventre !

En Angleterre le dynamisme du punk va rapidemment se dissoudre dans la new wave, le ska ou le oï. Aux Etats-Unis apparaîtra le hardcore. En France le punk s’est aussi exprimé sous la forme littéraire (Yves Adrien) avec toute une réflexion sur le rapport au dandysme et une relecture des poètes décadents, des symbolistes.
De musical, le mouvement a pris une ampleur sociale, culturelle et ce monde punk n’est que le début de celui dans lequel nous sommes aujourd’hui. Ce fut sans doute le dernier grand mouvement musical avec un message politique pour les jeunes. De nombreux groupes, de Sonic Us à Nirvana, en passant par Noir Désir ou même les Négresses Vertes y plongent leur racines. Et on peut dire que les écrivains Virginie Despentes et Guillaume Dustan sont des enfants de la musique punk.
Tetue.net - 12.07.2003

Forum de l'article

Posté par punkicide à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]